top of page

Pourquoi et comment s’habiller équitable à Genève ? Suivi d’une filière de vêtement du producteur au


http://www.lefigaro.fr/assets/infographie/print/1fixe/2013_51_prix_t_shirt.png

Aujourd'hui, la question de la production de vêtements par les grandes filières de distribution prêt à-

porter est sujette à de nombreuses controverses.

En effet, la plupart des grandes multinationales produisent leurs vêtements à l'étranger en sous payant

les ouvriers afin d'économiser sur les frais de production et d'obtenir un bénéfice plus

avantageux. Cependant cette production massive provoque de grandes controverses

environnementales ainsi que des problèmes de pollution, affectant également la qualité du travail

des ouvriers.

Cependant, certains magasins tels que Naturaline, Zara, H&M, ont souhaité commencer à

s'engager dans le défi de proposer aux clients bon nombre de vêtements issus du commerce

équitable. Les habits bio ont longtemps eu la réputation d'être démodés et difficiles à vendre. C'est

pourquoi ces géants de la mode à prix abordables ont décidé de défier ce préjugé et de créer des

produits issus du commerce équitable.

Le grand problème dans cette démarche est que malgré leur engagement, ces vêtements restent

en grande minorité dans les magasins et les prix sont plus élevés ce qui effraie les

consommateurs. De plus, la volonté des marques n'est parfois pas suffisante...

CONTROVERSES

Le coton est une plante chimiquement dépendante, à savoir qu'il est objet de plus 40% de nos vêtements mais il utilise 12% des pesticides et insecticides fabriqués dans le monde entier, ce qui fait l'objet d'un impact colossal sur l'environnement.Les alternatives au coton sont le nylon et le polyester. Ces matières sont fabriquées à partir de produits pétrochimiques qui ne sont pas biodégradables. De plus, la fabrication du nylon est un grand émetteur d'oxyde nitreux, qui est un gaz à effet de serre encore plus puissant que le CO2.Cependant, il y a un problème récurrent au niveau des conditions de travail des ouvriers. Ils travaillent dans des milieux à risque insalubres et sont confrontés à des produits chimiques tels que les teintures pour habits.De plus, les produits chimiques se retrouvent versés dans les courants d’eaux près des usines.Par exemple le district de Majalaya (berceau de l’industrie textile en Indonésie) ne dispose que de10% de systèmes servant à traiter les eaux usagés.Selon l’étude de l’agence de gestion de l’environnement de la province de Java Ouest, ces usines reversent 280 tonnes de déchets par jour ce qui engendre des problèmes environnementaux.L’exportation des vêtements engendre elle-aussi des dégâts. En effet, la provenance des habits d’outre mer provoque une grande pollution dans tout les domainesPour conclure, les prix des vêtements des grandes filières sont minimes comparés aux impacts écologiques qu’ils causent sur l’environnement.il existe maintenant de nombreuses façon de s’habiller de manière équitable à Genève, à condition d’y mettre le prix, pour assurer aux petits producteurs des conditions de vie meilleures ainsi qu’une planète Terre plus contente !

LES ENGAGEMENTS DE H&M SONT ...

Cette marque souhaite proposer une mode plus durable à des clients responsables, de

récompenser les partenaires responsables, obtenir un comportement plus éthique, faire des choix

judicieux pour le climat, réduire, réutiliser, recycler, utiliser les ressources naturelles de façon

responsable et soutenir les communautés par des actions locales.

DU COTON 100% BIO

La marque ''Naturaline'' de Coop est une ligne de vêtements fabriqués selon le respect du

commerce équitable. Le coton est dit 100% bio, cultivé et transformé par en moyenne 8000

paysans respectant les normes du commerce équitable et du développement durable. Ces

travailleurs ont renoncé librement aux produits chimiques afin de préserver leur santé et éviter

d'acheter ces produits très coûteux.

Coop assure une chaîne de production 100% équitable, de la culture du coton jusqu'à la

transformation des textiles. Ils garantissent aux petits paysans l'écoulement de leur production

ainsi qu'une prime, et instaure de nombreuses normes écologiques.

Quant aux émissions de CO2 elles sont réduites au niveau de la production ainsi que du transport.

Coop a mis en place des installation de méthanisation et des fours à bois à haut rendement

énergétique afin de réduire les émissions incompressibles en Inde et en Tanzanie. L'objectif étant

de fabriquer des produits 100% neutres en CO2. Cependant, Coop Naturaline ne représente que

30% de l'offre de vêtements chez Coop.

Malgré les engagements de Migros Kids, Coop Naturaline ainsi que Zara, ces marques donnent

beaucoup de détails sur la production mais refusent de dévoiler les salaires des employés. Ce qui

est étonnant vu le bon nombre d'informations dévoilées.

LA VILLE DE GENEVE : S'ENGAGE-T'ELLE?

La ville de Genève soutient et renforce la vie associative locale. Plusieurs communes

organisent des vides dressings, des collectes d'habits ainsi que des trocs dont les fonds sont

reversés à des associations diverses pour les plus défavorisés. Meinier, par exemple, change

chaque année d'association caritative. L'année passée la collecte d'habit organisée par la commune

a été donnée aux femmes et enfants d’Algérie. Ce sont des bonnes méthodes pour donner ‘une

seconde vie à nos vêtements’ et les recycler.

Lors de nos recherches, nous avons trouvé une petite boutique de prêt-à-porter équitable du nom

de ''Ayni''. Ce magasin propose une large palette de produits bio et issus du commerce équitable.

(L'adresse: 3, rue John Grasset, 1205 Genève)

NOTRE ACTION: VENTE CARITATIVE AU SEIN DU COLLEGE

Pour s'habiller équitable et bien, nous avons contacté l'association AASV qui produit des sacs et

pochettes en tissus dont les fonds sont entièrement reversés pour la lutte contre le trafic d'enfants

et la déscolarisation dans la commune de Zé (sud du Bénin). Le soutien de cette association a

notamment permis, en 2013, la réouverture de l'école de Vesadel qui avait dû fermer ses portes en

2011, faute de moyens financiers. l'école ayant besoins de 12'000 francs par an pour faire

fonctionner l'école, notre but est d'atteindre 1000.- , lors de la vente à Calvin, afin d'aider l'école à

payer les deux enseignants et subvenir au besoins de 60 enfants scolarisé. Grâce au dernier fond

soulevé lors de l'année 2015, une cantine scolaire a pu ouvrir, offrant un repas de midi aux élèves.

Cette association à été fondée par Clément Magnanat, un ancien élève du collège, qui la réalisé

pour son travail de maturité en 2012.

Nous avons récolté plus de 2500.- ; cela représente plus de 1 sixième du budget annuel. On va pouvoir faire marcher l'école pendant 2 mois avec 60 élèves , 2 enseignants, 2 animateurs et une dame à la cantine. Donc cela permettra aussi de leur donner à manger à midi et d'acheter des fournitures.

Merci à tous !

SITES:

http://www.aa-sv.com (site de l'association au Bénin)

http://static1.squarespace.com/static/5332ecdfe4b02a8560785133/t/548955e4e4b07e03654a80c2/1418286564638/Catalogue_artisanat.pdf

https://mrmondialisation.org/ces-6-couts-caches-dans-nos-vetements/

(http://www.quat-rues.com/blog/index.php?tag/Zara)

bottom of page